28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 10:28

dwtecpromo2.jpg

 

En Décembre dernier, Supermassive Games annonçait « The Eternity Clock », premier jeu Doctor Who d’une possible trilogie pour PS3, Vita et PC. Prévu pour Mars, puis décalé à Avril et une nouvelle fois à Mai pour des raisons techniques, il est disponible depuis le 23 Mai sur le PSN PS3 et le sera le 13 Juin sur le PSN Vita. La version PC quant-à-elle arrivera plus tard cette année.

 

Pour commencer, soyons honnêtes : Hormis peut-être pour « The Adventure Games » (PC), chaque tentative de création d’un jeu autour de la série s’est avérée être un véritable échec. C’est en particulier le cas pour "Return To Earth" (Wii), "Evacuation Earth" (Nintendo DS) ou bien plus récemment le MMO “Worlds In Time” (PC)…

 

C’est pourquoi bon nombre de fans ont vu l’annonce de ce nouveau jeu d’un mauvais œil. La question est donc : « Doctor Who : The Eternity Clock » sauve-t-il l’honneur de la série dans le monde des jeux vidéo ?

 

« The Eternity Clock » est un jeu en 3D où vous devez vous déplacer dans deux dimensions : de gauche à droite, de haut en bas et vice-versa. Il faudra également débloquer votre route en ouvrant des portes bloquées grâce à votre tournevis sonique (que vous pouvez aussi sortir à n’importe quel moment avec le stick de droite pour scanner divers objets, étourdir des Cybermats. C’est assez sympa de l’utiliser) en coupant le gaz de tuyaux enflammés par exemple grâce à un ordinateur de contrôle…cela se faisant par le biais de puzzles. Car oui, des puzzles, on en trouvera toujours dans les jeux Doctor Who quoique l’on fasse. Mais bon, ces derniers ne sont pas aussi casse-tête que ça et leur difficulté est réglable, donc ce n’est pas vraiment gênant.

 

Chaque personnage a ses particularités : Le Docteur a le tournevis sonique, comme cité précédemment, qui sera utile dans diverses situations, et River a son blaster qu’elle peut utiliser sur les ennemis…mais cela ne fera que les étourdir (hormis pour les Silents). Elle dispose aussi du rouge à lèvre hallucinogène qui s'avérera utile à Stormcage en l’utilisant sur les gardes.

 

Le niveau Stormcage fait partie d’une des nombreuses parties infiltration du jeu (techniquement, le terme n’est pas approprié ici puisqu'il faut s’en échapper), où devrez avancer accroupis derrière des petits murs ou blocs, vous cacher dans des recoins sombres…le tout en évitant de vous faire repérer par des gardes/Cybermen/Silurians/Daleks. Et c’est là que les choses commencent à se corser.

En effet, car vous évoluez seulement dans deux dimensions (avec des rotations de caméra quand vous arrivez sur un coin), et vos ennemis dans trois. Difficile donc d’avancer pour activer un levier situé non loin d’un ennemi sans se faire remarquer par ce dernier.

 

En parlant de difficulté, il faut admettre qu'elle est un peu trop élevée parfois…et il va vous falloir beaucoup de dextérité et de rapidité.

Par exemple, dans un des niveaux où la ville de Londres est envahie par les Cybermen, River Song se retrouve bloquée dans un bâtiment. Pour en sortir, on doit attirer les ennemis au dernier étage afin qu’ils cassent la vitre donnant accès au module de commande, puis redescendre afin de ne pas se faire attraper. Ensuite, il faut attirer les Cybermen en bas afin de pouvoir remonter au dernier étage afin d’activer le premier ordinateur du module en se dépêchant de finir le puzzle sous risque de devoir mourir électrocuté par une troupe qui vous aura rattrapé entre temps…et l’opération est à recommencer pour le deuxième ordinateur.

N’oublions pas que des enfants de 12 ans sont censés pouvoir jouer à ce jeu sans trop de problèmes…et c’est donc vraiment dommage que la difficulté ne soit réglable que pour les puzzles et non pas pour le nombre d’ennemis par exemple. Il aurait été préférable aussi que les sauvegardes automatiques se fassent plus régulièrement, voir puissent se faire manuellement, de façon à devoir éviter à recommencer tout ou une partie du niveau si il nous arrive par malheur de mourir exterminé par un Dalek par exemple.

 

L’autre problème du jeu qui vient s’ajouter à la difficulté parfois un peu trop élevée sont les bugs/glitches. Après 2 mois de décalage, c’est un peu triste...

Une majeure partie de « The Eternity Clock » est basée sur la coopération avec River Song…et donc il arrive que cette dernière peine à vouloir vous aider à pousser un bloc, tirer un levier ou bien encore ne vous suit pas lorsque vous montez une échelle, en ne faisant rien d’autre que de courir de gauche à droite ou bien sauter sur place. Malheureusement, ce ne sont pas les seuls bugs du jeu…car il se peut qu’un événement censé se produire après avoir résolu un puzzle ne se produise pas par exemple. Résultat : On passe du temps à s’énerver sur River, et il est très frustrant de devoir recommencer le niveau si cette dernière n’en fait définitivement qu’à sa tête ou bien si tel ou tel évènement ne se produit pas.

 

Pour finir sur des points positifs, un des atouts de ce jeu est sans doute son scénario. Du début à la toute fin, on se sent comme dans un épisode de la série (ceux qui l’ont terminé comprendront). Les scénaristes ont vraiment réussi à capturer la personnalité du Docteur et de River Song ainsi que l’alchimie entre les deux personnages…le tout également grâce à Matt Smith et Alex Kingston qui ont prêté leurs voix (le jeu a aussi été traduit en français, mais ce ne sont malheureusement pas les doubleurs originaux qui ont été pris). L’intrigue elle aussi est assez intéressante…D’ailleurs, sans trop spoiler, un des niveaux est très similaire à la fin de « Day Of The Moon » où vous devez tirer sur des Silents pendant que Le Docteur est occupé à faire quelques réglages, le tout sur la musique de Murray Gold « The Majestic Tale (Of A Mad Man With A Box) ».

Graphiquement, il a été également plutôt réussi (le moteur utilisé est Unreal Engine 3). Les décors des différentes époques temporelles sont bien soignés tout comme les personnages/ennemis. Aucun problème n’est à noter à ce niveau-là (sauf peut-être pour le visage de River Song).

 

Conclusion : « Doctor Who : The Eternity Clock » est un assez bon jeu. On prend plaisir tant à incarner Le Docteur  & River, à suivre l’intrigue en rigolant à certains dialogues, ou bien à collectionner les chapeaux ou pages du journal de River Song (dont quelques parties sont plutôt drôles).

Cependant, la difficulté parfois un peu trop élevée et les bugs viennent parfois gâcher l’expérience, et c’est assez embêtant de devoir recommencer un niveau difficile à cause d’un petit problème. Espérons une mise à jour dans les semaines à venir.

Également, la durée de vie aurait pu être un peu plus longue…car huit heures, c’est un peu court (mais bon, pour un premier Doctor Who sur PS3, on peut comprendre).

 

En fait, le jeu prend toute sa saveur en mode multi (écran partagé), où peut vraiment voir la coopération entre les deux personnages. Par exemple, le joueur contrôlant River situé à l’époque victorienne devra aider Le Docteur, séparé d’elle et situé dans l’époque présente, à retrouver son tournevis sonique en le plaçant sur une statue d’ange (notez le clin d’œil) pour que celui-ci puisse le récupérer.
Malheureusement, il n’existe pas de mode multi en ligne, ce qui aurait été plus pratique…reste donc à se trouver une River, ou un Docteur.

 

Note : 6.5/10

Partager cet article

Publié par Tardib - dans Critiques
commenter cet article

commentaires

i love doctor who 11/11/2015 15:33

j'adore doctor whoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

selrahc2828 02/07/2014 08:40

dans le niveau dit "difficile river dois tirer dans la vitre pour la casser ce qui permet de passer avant que les cybermen arrive

le docteur 02/01/2014 17:52

y a ca en 3ds

Annonce

Important : Le blog ne sera plus alimenté pour le moment. Vous pouvez toutefois continuer à suivre les news sur Twitter et Facebook. Plus de détails ici.

Recherche

Facebook

Twitter

Flux RSS

rss