24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 12:02

Attention : Spoilers !

 

Doctor Who - The Pandorica Opens [5.12]

Scénariste : Steven Moffat - Réalisateur : Toby Haynes


Le premier des deux épisodes finaux de cette saison...Le Docteur reçoit un avertissement de la part de plusieurs de ses connaissances : Le Pandorica est en train de s'ouvrir...mais, qu'est-ce que c'est ? Le Pandorica ?

 

Steven Moffat reprend le stylo, et ça fait du bien ! La séquence d'introduction est typique de Doctor Who : une séquence timey-wimey. Une peinture de Vincent Van Gogh représentant le TARDIS explosant arrive entre les mains de Winston Churchill et de Bracewell (Victory of the Dalek), puis se retrouve dans la collection Royale en 5145 avant qu'elle ne soit ramenée en 102 après JC à l'époque Romaine par River Song (Silence in the Library/Forest of the Dead ; The time of Angels/Flesh & Stone), qui s'était préalablement équipée pour remonter dans le temps et graver les coordonnées de sa position sur la plus vieille planète de l'Univers...ouf ! Ça peut paraître compliqué, mais on aime ça, les épisodes qui jouent un peu avec le temps.

 

L'intrigue quand à elle, est en quelque sorte mélangée avec un compte de fée, d'ailleurs, même Amy le fait remarquer, à propos du Pandorica dont le nom et le concept ressemblent à la "boîte de Pandore". Ce mystère autour de ce Pandorica se construit au fur et à mesure de l'épisode. On avait tout d'abord un avertissement avec la peinture de Van Gogh, les questions qui se posent dès le début peuvent donc être par exemple "ce qu'il y a dans le Pandorica, 'la chose la plus crainte dans le cosmos' va-t-elle détruire le TARDIS ?"...mais notre opinion va vite changer...

Cet épisode est exceptionnel car il est tout d'abord le seul depuis le début de ces "new series" à mettre en scène quasi tous les ennemis que le Docteur a rencontré, ce qui tient le téléspectateur en haleine, qui se demande, comme le Docteur, "qu'est-ce qui pourrait justifier tout cela ?". Mais il faudra attendre la fin de l'épisode pour avoir une réponse, après qu'Amy et le Doc' aient affronté un Cybermen tout droit sortit de la casse et après que notre Time Lord ait fait un discours qui restera dans l'histoire.

On retrouve bien ici la connexion avec le mythe de Pandore, car tout comme le Docteur, on persiste à vouloir savoir ce qui se cache dans cette mystérieuse boite...mais lorsque celle-ci s'ouvre, il est trop tard, car elle contenait quelque chose de terrible...c'était en fait une prison construite en collaboration par tout les ennemis du Doc' (ça reste bizarre tout de même, c'est à se demander si chacun d'entre eux n'a pas son petit plan personnel de son coté), destinée à contenir celui-ci pour l'éternité. Comme quoi, la curiosité est un vilain défaut, Le Docteur aurait dû écouter River et s'enfuir dès le début...cependant si vous regardez bien l'épisode, au bout de la 3ème fois sans doute, vous remarquez sûrement quelque chose qui pourrait, qui sait, être une solution pour notre Docteur.

 

Certains éléments de cet épisode nous apportent quelques réponses à certaines questions, d'autres nous en posent encore plus. À propos de River tout d'abord, on sait que ce n'est encore pas la première fois qu'elle rencontre le Docteur et que c'est définitivement ce dernier qui lui a appris à piloter le TARDIS.

Au niveau d'autres éléments de cet épisode...Il y a le retour de Rory, qui était censé être mort et effacé du temps, mais que l'on retrouve en Romain...mais on apprend vers la fin de l'épisode que c'était en fait un Auton. Viennent alors se poser plusieurs autres questions : "que sont les cracks exactement ? à quoi servent-ils ? ont-ils un lien avec l'entité qui contrôle le TARDIS ? et qui est cette entité ?", beaucoup de questions et d'autres sur Amy qui devront être apportés dans le final...on sent que ce dernier va être explosif !

Au sujet de la scène finale, "l'assassinat" d'Amy Pond par l'Auton Rory Williams, cette dernière peut paraître un peu émouvante, mais on n'y croit pas trop...ou on ne veut pas y croire. C'est vrai quoi, ils ont pas le droit de tuer Amy, non..

Toutefois les "listen to me" du Docteur, impuissant, étaient eux plus touchants...

 

Pour conclure, The Pandorica Opens est un des meilleurs épisode de cet saison, l'imagination de Steven Moffat est sans limite et Matt Smith et Karen Gillan sont au top de leur forme. L'épisode a tellement été apprécié que les "Trending Topics" de Twitter on été envahis par des mots tels que "Steven Moffat", "Pandorica Opens", "Amy Pond", "Matt Smith"...etc, devançant ainsi la Coupe du Monde. De plus, l'épisode a reçu un index d'appréciation de 88 (85 est considéré comme "excellent")...ça promet pour l'épisode final !

 

Note : 9/10

Partager cet article

Publié par The Blogger - dans Critiques
commenter cet article

commentaires

Annonce

Important : Le blog ne sera plus alimenté pour le moment. Vous pouvez toutefois continuer à suivre les news sur Twitter et Facebook. Plus de détails ici.

Recherche

Facebook

Twitter

Flux RSS

rss