23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 15:40

jennycolgantardis.jpg

 

J'ai récemment eu l'occasion d'interviewer Jenny Colgan, romancière et auteur de l'histoire "Dark Horizons" (qui a rencontré un franc succès) et qui travaille actuellement sur un nouveau roman Doctor Who, afin de lui poser quelques questions sur le fait d'écrire pour l'univers de la série. Elle a de plus eu la gentillesse de répondre dans un très bon français !

Écrire un roman Doctor Who est tout un défi. Quelle est la chose la plus difficile à faire dans le fait de capturer l'essence de la série et la personnalité du Docteur, en particulier car il voyage seul dans "Dark Horizons" ?

Il y a là deux choses complètement différentes. L'essence de la série est qu'elle peut toujours changer – il y a beaucoup de styles, des histoires toujours differentes donc l'action peut se passer dans un sous-marin, ou New York, ou une planète étrange. Pour les écrivains, on a tout l'univers à notre portée, et je crois que c'est ça le secret du succès de "Doctor Who", c'est sans limites.

Mais pour la personnalité du Doctor, ça c'est beaucoup plus difficile : c'est la chose la plus importante. Quand je mets les mots dans sa bouche, je veux que vous pensiez, en tant que lecteur, que vous écoutez, ou que vous regardez Matt Smith, ou David Tennant, ou une autre incarnation du "Doctor". Si je peux faire ça pour vous, je suis contente !!!

"Dark Horizons" se situe pendant l'époque des Vikings. Est-ce une période pour laquelle vous avez toujours voulu écrire une histoire Doctor Who ou aviez-vous d'autres idées en tête ?

J'ai envoyé 3 idées à la BBC, et ils ont choisi leur favorite. En fait, originellement, je voulais avoir une aventure sur le Mont Everest avec les explorateurs perdus Mallory et Irvine – l'histoire est un vrai mystère – mais ce n'était pas possible car les familles sont encore en vie.

Votre histoire fait assez peur à certains moments. Quel est le meilleur moyen de jouer avec la peur du lecteur selon vous ?

Je trouve les choses qui me donnent peur !! J'ai peur d'être attrapée sous l'eau par exemple. Dans ma nouvelle histoire, il y a des gros serpents - je DÉTESTE les gros serpents. Donc, si j'ai peur j'espère les lecteurs ont peur aussi. Je veux un jour écrire un monstre inoubliable; par exemple, mon fils a détesté les épouvantails dans 'Family of Blood'.

La série classique a-t-elle influencé votre écriture de "Dark Horizons" ou bien celle de vos comédies romantiques, comme avec l'humanisme que Doctor Who nous a toujours appris ?

J'ai adoré la série originale depuis j'ai 7 ans, juste parce que c'était complètement différent à toute autre chose. C'était mystérieux et rigolo et intéressant, mais je ne pensais pas que c'était évidemment humaniste, tout comme je n'ai pas réalisé que "Le Lion, La Sorcière et L'armoire" était religieux quand je l'ai lu.

Vous vivez la plupart du temps en France. Où et quand placeriez-vous une histoire Doctor Who dans ce pays si vous deviez en écrire une ?

Les personnages dans ma nouvelle histoire sont tous français, mais l'action se passe dans une planète très lointaine ! J'aime beaucoup "City of Death" et ça c'est à Paris, mais je crois que mes enfants aimeraient quelque chose avec les chevaliers à Carcassonne.

Les gens se plaignent de plus en plus du manque de femmes dans les scénaristes des épisodes télévisés. Aimeriez-vous en écrire un ?

Bien sûr ! C'est le rêve ! Mais si les histoires sont bonnes, le sexe de l'écrivain est moins important.

Il a récemment été annoncé que vous travaillez sur un nouveau roman Doctor Who. Pourriez-vous en dire plus à ce sujet ?

Alors, oui : c'est avec Matt Smith encore, et il y a des serpents et des squelettes. Et il s'appelle "Into the Nowhere", mais je vais essayer de ne pas faire la traduction pour ça !


Un grand merci à Jenny Colgan pour cette interview !
(Crédit photo: BBC)

 


Doctor Who: Dark Horizons - Amazon

darkhorizons.jpg

Partager cet article

Publié par Tardib - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Annonce

Important : Le blog ne sera plus alimenté pour le moment. Vous pouvez toutefois continuer à suivre les news sur Twitter et Facebook. Plus de détails ici.

Recherche

Facebook

Twitter

Flux RSS

rss