13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 11:49

dwbosaison5couverture

 

Cette saison 5 a été le signe de plusieurs changements pour la série : nouveau Docteur, nouveau showrunner...mais aussi nouvel univers musical...

 

On remarque que cette BO est beaucoup plus apaisante que les précédentes, beaucoup plus féerique si l'on reprend ce qu'avait dit Steven Moffat a propos de cette saison.

On le voit notamment avec la première partie qui rassemble les musiques de "The Eleventh Hour". Hormis les morceaux "Down to Earth" et "Fish Custard" qui nous rappellent les très comiques scènes de cet épisode, on plonge dans un autre monde grâce aux morceaux liés à Amy, où la merveilleuse voix de Yamit Mamo ne peut que nous emporter...

Mais chaque conte a son héros, sa partie épique...c'est ce que nous rappelle le rythme en 7/4 de "I am the Doctor", que l'on pourrait écouter des dizaines de fois et que l'on va retrouver d'ailleurs un peu tout au long de cette BO.

 

Chaque conte a aussi ses "méchants", ici les Daleks...on va les retrouver dans "Victory of the Daleks", qui est assez bien réussi (même si l'épisode du même nom quand à lui l'était moins) notamment quand l'orchestre bat à son plein vers le milieu du morceau.

On a aussi dans cette saison d'autres ennemis importants : les Weeping Angels, que l'on a vu dans les épisodes "Time of the Angels" et "Flesh & Stone". Les deux morceaux de cet épisode vont donc nous rappeler l'atmosphère en quelque sorte de film d'horreur de cet épisode...c'est surtout le cas du morceau "Time of the Angels", qui est assez (même très) effrayant.

 

Les musiques qui suivent ensuite sont plutôt apaisantes en général, on pourrait les mettre en parallèle avec le ralentissement senti lors de cette mi-saison. Mention spéciale cependant à "With Love, Vincent" qui provient du merveilleux épisode "Vincent and the Doctor" écrit par Richard Curtis. On se rappelle ainsi la magnifique scène de la Nuit Étoilée, mais aussi la scène de fin, où Amy découvre la peinture signée pour elle et où Le Docteur sort une des phrases les plus belles qu'il n'ait jamais dites...ce qui peut nous amener à verser une petite larme.

 

Après les musiques de "The Lodger" qui sont ni bonnes ni mauvaises, hormis "A Useful Striker" qui nous rappelle la scène mémorable où le Docteur se met au football, on passe à celles de "The Pandorica Opens" et "The Big Bang", où on va retrouver cette dimension féerique.

On a ici de merveilleuses musiques de ce final notamment "The Life and Death of Amy Pond" qui nous berce vers le cliffhanger haletant mais toutefois tragique de "The Pandorica Opens", où bien "A River of Tears" & "I Remember You" qui nous donnent les frissons et les larmes que la fin de "The Big Bang" nous avait donné.

 

Pour conclure, cette BO est une des plus merveilleuses car elle nous emporte dans plusieurs univers à la fois : le féerique, l'épique, et le tragique, et réussi à mélanger le tout avec harmonie...il est toutefois dommage que l'on ressente en quelque sorte un ralentissement sur les morceaux entre ceux de "Amy's Choice" et "Cold Blood".

 

Note : 9/10

 

 

Partager cet article

Publié par The Blogger - dans Critiques
commenter cet article

commentaires

Annonce

Important : Le blog ne sera plus alimenté pour le moment. Vous pouvez toutefois continuer à suivre les news sur Twitter et Facebook. Plus de détails ici.

Recherche

Facebook

Twitter

Flux RSS

rss