2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 16:07

Spoilers

letskillhitlerpromo3.jpg

 

Doctor Who - Let's Kill Hitler [6.08]

Scénariste : Steven Moffat ; Réalisateur : Richard Senior

 

Après une pause de quelques mois, Le Docteur – toujours à la recherche de Melody – revient sur nos écrans. Cette fois ci, un petit incident va faire s'écraser le TARDIS en 1938 à Berlin, dans le bureau d'Hitler...

 

« You’ve got a time machine, I’ve got a gun. What the hell? Let’s kill Hitler. »

 

Le titre de l’épisode peut paraître assez trompeur, car nous sommes assez vite débarrassés d’Hitler...Cependant, même si c'était clairement une blague de la part de Steven Moffat, il fait plus état d'un clin d’œil aux responsabilités qu'implique le time-travel en prenant un cliché assez basique comme quoi certaines personnes tueraient Hitler si elles pouvaient remonter le temps...ce que propose d’ailleurs Mels dès l’opening. Le tout est illustré par le Tesselecta, robot pouvant prendre n’importe quelle forme humaine et contrôlé par des personnes qui se sont auto-proclamées justiciers voulant punir les criminels qui ne l’ont jamais été, se sentant ainsi rempli d’un certain devoir.

 

C’est pourquoi ils ont décidé de tuer Hitler...mais vont vite changer le cap de leur mission. Un encore plus grand criminel, River Song, se trouve dans la pièce.

 

« This is what they were building…my bespoke psychopath »

 

Cet épisode nous en apprend beaucoup plus sur River, sur son passé notamment, mais aussi sur sa personnalité – très éloignée de ce que l’on aurait pu imaginer en regardant "Silence In The Library"/"Forest of the Dead" il y a quelques années. L’épisode est assez centré sur elle, et on découvre ainsi une River beaucoup plus « badass », provocante. L’alchimie spéciale entre elle et Le Docteur opère des les premiers instants de la régénération de Mels, et cela grâce au talent d’Alex Kingston et de Matt Smith...D’ailleurs, la scène très amusante où River essaye désespérément de mettre fin au Docteur, celui-ci déjouant astucieusement presque toutes ses tentatives en échangeant par exemple un revolver contre une banane (ce qui peut faire penser un peu à la scène dans "The Doctor Dances" où Le Docteur échange le sonic blaster de Jack contre le même fruit), illustre bien cela.

 

Toutefois, bien qu’elle ait été conditionnée pour tuer Le Docteur, elle n’en reste pas moins fragile et inchangeable...et on va la voir s’interroger sur elle-même (en particulier au moment où on lui a dit qu’elle est « L’enfant du TARDIS » et qu’elle est parvenue à piloter celui-ci – ce qui résout d’un autre côté la question que l’on se posait depuis "Time Of The Angels"/"Flesh&Stone") et sur ce qu'elle observe, comme la ténacité du Docteur.

« Let’s Kill Hitler » mise ainsi beaucoup sur l’émotion, ce qui nous permet de savoir comment se sont construit les liens entre River et chacun des personnages...et à quel point ceux entre Le Docteur, Amy & Rory restent solides. C’est en réalisant cette dernière chose que River, après que Le Docteur lui ait soufflé à l’oreille (chose que l’on peut mettre en parallèle à "Silence In The Library"/"Forest Of The Dead") et qu’elle ait appris sa véritable identité par le biais du Tesselecta, décide de sacrifier ses régénérations restantes pour sauver le Docteur. Reste à savoir si cela augmente aussi la limite des 13 vies de ce dernier...

 

Dans cet épisode, Steven Moffat n’utilise pas le timey-wimey (qui est sa spécialité, parfois reprochée par certains fans) pour nous éclairer sur la timeline de River Song...Seul un flashback et un saut dans le temps sont ici nécéssaires. On sait maintenant en quoi la petite Melody s’est régénérée, comment River a reçu son agenda ou bien pourquoi est-elle devenue archéologue.

 

« Right. I'm putting Hitler in the cupboard. Cupboard, Hitler. Hitler, cupboard »

 

L’autre ingrédient qui fait la subtilité de cet épisode est son humour, et on fait sans doute façe à un des épisodes les plus hilarants que Moffat ait écrit. Que ce soit du côté de Rory (aussi surnommé « Le nouveau Chuck Norris » par de nombreux/ses fans, qui s’amusent à publier quelques « facts » sur le net à propos du personnage) ou bien de Mels/River, chaque personnage a son moment pour nous faire rire...et l’épisode étant globalement assez bien rythmé, il n’y a pas vraiment de moment d’humour maladroitement placé.

 

Pour conclure, « Let’s Kill Hitler » mélange à la fois humour, émotion et action – le tout en suivant une bonne dynamique...et on a affaire a un des meilleurs épisodes de la saison. On en apprend beaucoup plus sur les personnages, et plusieurs questions qui furent laissées en suspens sont résolues mais d’autres sont posées...plus particulièrement sur la mort du Docteur et Le Silence. Côté réa', Richard Senior, qui fait ici ses débuts dans la série, se débrouille plutôt bien. L'épisode marque donc un très bon retour pour Doctor Who. Bref, un régal !

 

Note : 9/10

Partager cet article

Publié par The Blogger - dans Critiques
commenter cet article

commentaires

Kant1 31/08/2012 16:35


Très bonne review !! Cet épisode m'avait beaucoup plus aussi !! Quand on comprends que Mel est River juste avant la régénération ... Magique !


Sinon concernant les 13 vies du Docteur je crois que le problème a été résolu dans l'épisode de SJA 4x06 "Death of the Doctor" quand Clyde demande a Eleven combien de fois il peut se régénérer le
Docteur répond 507 fois ! (vers 12m30s)

Annonce

Important : Le blog ne sera plus alimenté pour le moment. Vous pouvez toutefois continuer à suivre les news sur Twitter et Facebook. Plus de détails ici.

Recherche

Facebook

Twitter

Flux RSS

rss